In de Franse krant

Niet alleen in Nederland is de reis van de Friese tjottervloot nieuws, zelfs in Frankrijk hebben we de pers gehaald nog voordat het evenement is begonnen, Le Télégramme. Het doel van de reis is promotie maken voor Fryslân en traditioneel zeilen. Dat doel lijken we aardig te halen.
De schrijver van dit stukje spreekt geen woord Frans, maar uit het krantenbericht is op te maken dat het zeer bijzonder is dat de hele tjottervloot in Frankrijk is (magnifiek) en dat ze daarvoor een reis over de weg van ruim 1100 kilometer hebben moeten afleggen. Zelfs de namen van enkele schepen staan letterlijk in het bericht. En, voor degene die de foto nauwkeurig bekijkt, op de mastbank van het Fries jacht Reiddomp ligt al een bord klaar met beleeffriesland.nl. We zijn met de tjotters in Frankrijk om de gehele provincie en al het prachtigs dat in Fryslân is te doen, te zien en te beleven, onder de aandacht te brengen.

Zie hieronder de tekst uit Le Télégramme:

Semaine du golfe. Le port à la sauce hollandaise

La Semaine du golfe ne débute que lundi, mais on en a déjà un avant-goût avec l’arrivée au port des premiers bateaux hollandais, invités d’honneur de l’édition.

«Wilster », « Hoants », « Brasem »… Autant de noms de bateau qui ne manquent pas d’intriguer les promeneurs sur les rives du bassin à flot. Pas de doute, les Hollandais sont là, ont pris possession du port. Et ce n’est qu’un début puisque la semaine prochaine, durant la manifestation, l’invité d’honneur déploiera son armada d’une cinquantaine d’unités dont le fier Hydrograaf, un vapeur venu d’Amsterdam. Le navire amiral de la flotte néerlandaise accostera mardi à Vannes et pourra être visité tous les jours. Membres de l’association Stichting Friese Tjottervloot, basée à Heeg, « un village » situé au nord du pays, Jack, Karin et Henk font partie des premiers arrivés sur les bords du golfe. Une région qu’ils ne connaissaient pas, mais qu’ils ont découverte, ainsi que la Semaine du golfe, lors d’un salon. « C’est la première fois que l’on vient ici, pour faire connaître la Frise, notre région, et pour les vacances. On est là aussi pour rencontrer des amateurs de vieux gréements », expliquent-ils.

Un périple de 1.100 km par la route
Et faire du tourisme? Les trois Hollandais n’en ont guère eu le temps car ils doivent préparer leurs bateaux, des tjotters et un fries jacht, qui ont été acheminés par la route, un périple de 1.100 km mené par deux camions. Ces bateaux emblématiques du patrimoine maritime néerlandais seront rassemblés au sein de la flottille nº 7 des « petites classiques de régate ». Le doyen a été construit en 1920. « Le but de notre association, poursuivent-ils, est de faire connaître la navigation sur de vieux gréements aux enfants. Le nouveau roi, Willem-Alexander, a appris à faire de la voile sur l’un de ces bateaux ».

 

L’eau salée sera une nouveauté
Présentes à la capitainerie pour l’accueil des équipages de la flottille des voiles-avirons (la nº 2), Marité Petit et Catherine Hilliet observent avec attention les mouvements dans le port. « Ce sont des bateaux emblématiques de la Hollande, parfaitement entretenus, ils sont magnifiques. On les croirait neufs, cela prouve leur amour du patrimoine », apprécient les deux bénévoles. Mises à l’eau, matages et réglages… Le labeur ne manque pas d’ici à la Grande Parade inaugurale de lundi. Les trois navigateurs hollandais en salivent à l’avance, eux qui ont davantage l’habitude de pratiquer les canaux, même s’ils peuvent faire de la voile au nord du pays, où il y a aussi du courant. « Quand même, reconnaissent-ils, naviguer dans l’eau salée sera une nouveauté ».